Accéder au contenu principal

Coup d'envoi du Salon du Cheval de Paris

Petit article pour marquer l'ouverture du fameux Salon du Cheval de Paris, événement que j'aurais aimé ne pas manquer. Mais parce que Paris ce n'est pas la porte à côté pour moi et parce que j'ai des obligations universitaires (ça fait rêver je sais!), je ne pourrais malheureusement pas être de la fête !



Et oui car en tant qu'étudiante travailleuse et appliquée (la blague!) je me dois de réviser mes partiels qui arrivent en force, et ce dès lundi... Je m'excuse d'ailleurs d'avance, le blog risque de ne pas être trop mis à jour durant les 15 prochains jours. Je tenterais quand même de vous faire quelques articles par-ci par là  entre deux révisions(je ne pourrais pas m'en empêcher) mais je ne sais pas si je pourrais tenir la cadence d'en écrire tous les deux jours comme j'essaie de le faire actuellement. 




Bon en attendant, je suis bien blasée de devoir restée clouée devant mon bureau avec mes fiches, donc si vous allez au Salon, pensez à moi. Je vous invite à me faire baver d'envie en me disant ce que vous avez vu ou acheté de fabuleux, ça serait vraiment chouette. Franchement si vous faites ça, je vous le dit d'avance vous êtes des boss voilà tout! 
Sinon, si vous êtes dans le même cas que moi, vous pouvez bien évidemment venir vous plaindre et m'aider à mener une campagne pour protester contre l'éternelle concordance des périodes d'examens et du Salon de Paris !




Je vous souhaite donc un bon Salon, et surtout un bon shopping ! Régalez-vous !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La dentelle citadine s'invite sur les terrains de concours

Après vous avoir parlé d’un pantalon à presque 300 boules, aujourd’hui on respire un peu, on se détend, le banquier ne va pas se pointer chez vous avec une paire de ciseaux pour découper votre carte bleue et vous confisquer votre chéquier. Tout se passera bien. Dites-lui qu’il peut redescendre d’un étage, il sait pas ce que c’est lui, l’addiction au shopping… On devrait lui expliquer.
Bon alors, il est vrai que ce gros bâtard de soleil met un peu de temps à débarquer là… Le gars, il a cru qu’on était au mois de mars, nan? Genre je viens, mais je sais pas trop ce que je veux, donc finalement je viens pas, ou je vais peut-être tourner autour du pot pour gagner du temps... Un peu comme… Un mec ! (Oups… Pardon je m’égare !) Bon, on va pas trop éveiller les susceptibilités, parce que sinon il va jamais se pointer l’astre qui réchauffe nos coeurs (et je parle bien du soleil, pas de confusion). Ici, (à Lille - vdm) le ciel, c’est comme s’il allait neiger, sauf qu’il fait 17 degrés. Oui, 17 …

J'ai trouvé la petite parka parfaite pour l'équitation !

Je vais vous dire un truc : j’ai eu du nez. C’est pas tout le temps, mais cette fois-ci, je l’ai vraiment sentie venir. Qui ça ? Bah juste la pluie, mais je suis trop fière de moi comme vous pouvez le voir. La première pluie de septembre. Celle où on ne sait pas comment se fringuer parce qu’en même temps il fait pas si froid, mais en même temps, on prend quand même l’eau, un peu. Ouais… juste « un peu » ça veut juste dire que j’étais « trempée comme une soupe » comme dirait ma grand-mère, « jusqu’à ma petite culotte » comme je le qualifierai pour ma part et c’était véridique. On s’est pris une de ces draches avec Ponaine. Rien de mieux pour attaquer le week-end, non ? Idéale après une semaine de taf, la pluie du vendredi soir te garantie un bon petit week-end pyjama, surtout quand tu t’es lavé les cheveux le vendredi matin. Préoccupations de filles, vous comprendrez ou pas.


En général quand on a pris la pluie à cheval, on a juste envie de rentrer chez soi, de glisser dans un bain ou de…

Ponaine a testé pour vous : les Happy Crackers

Si tu crois que je vais te parler d'un vulgaire paquet de friandises pour chevaux, alors tu te trompes. J'ai jamais trop acheté de friandises pour Ponaine. Enfin, ça c'était avant. Avant que je ne découvre la facilité d'avoir un paquet de 3 kilos de friandises pour tenir le mois. Bien plus simple que de faire des bornes pour acheter 10 kilos de carottes qui finissent toujours par pourrir au fond de ton casier en laissant une odeur nauséabonde en souvenir de leur courte existence.