Accéder au contenu principal

[FLOP] Aides artificielles, où est la limite ?

Je ne suis pas forcément contre l'emploi des aides artificielles, je pense qu'aujourd'hui nous sommes peu à ne pas y avoir recours. Je pense quand même rester raisonnable quant à leur utilisation. 

Par contre, je trouve qu'il y a des plus en plus d'équipements un peu barbares si je puis dire, qui font leur apparition sur le marché. J'ai été assez surprise de croiser ces muserolles au détour d'un blog suédois :





Ça me fait quand même bien rigoler de voir que certains modèles soient  paddés (doublés) malgré tout, parce c'est censé améliorer le confort. Ici c'est complètement inutile, on est d'accord (pour les côtés et encore faut chipoter). En tout cas, c'est sûr que vu de devant, on y voit que du feu. A l'heure où la recherche du bien être est un des critères les plus importants dans le choix de l'équipement, j'avoue que ça me fait drôle de trouver ce genre d’attirail. Evidemment, ça ne tombe pas dans toutes les mains, évidemment, cela a une utilité particulière mais bon... En tout cas je ne savais pas que ce genre de muserolle existait, et vous ? 


Même si je semble tout droit sortie du monde des bisounours, je sais qu'il existe aussi des méthodes et des aides bien pires. Quand bien même, vu l'effet de cette muserolle, je me doute qu'elle n'a pas vocation a être portée vraiment lâche... Rien qu'en regardant j'imagine la sensation. Berk. 


Et si on faisait des trucs comme ça pour corriger nos défauts de cavalier ? 

Commentaires

  1. un petit outil des adeptes de la rollkur?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les muserolles fines comme ça c'est plutôt des muserolles utilisées par les cavaliers de saut, ceux qui utilise le rollkur (tous aussi condamnable...) recherche justement un contact très fort, à mon avis c'est utilisé pour avoir plus "lèger", avoir plus de direction (et peut être plus de frein aussi) Dégoûtant !

      Supprimer
  2. BEURK!! Depuis 4 ou 5 ans, je me suis fait la promesse de ne plus jamais utiliser d'aides artificielles style cravache ou éperons, sauf cas exceptionnel (exemple : éperons utilisés pour apprendre à un cheval à ne pas s'arrêter pendant le ramassage du ballon au horse-ball) Je crois que nous n'en avons jamais besoin, de ces aides. Puis là, pour le coup, la barbarie animale continue!!

    RépondreSupprimer
  3. Ce type de muserolle existe depuis longtemps en course malheureusement... avec des clous... Le cso prend exemple sur des techniques de courses. Il y en a des bonnes et celles-ci sont vraiment nulles.
    ...

    RépondreSupprimer
  4. Je connaissais ce type de muserolle, mais seulement des bricolés par les cavaliers, pas des déjà faite ainsi & vendues sur le commerce .. Où va le monde .. Sans muserolle, sans amortisseur, sans éperons, avec un simple aiguille double brisure, mes chevaux sont tellement géniaux !!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

J'ai trouvé la petite parka parfaite pour l'équitation !

Je vais vous dire un truc : j’ai eu du nez. C’est pas tout le temps, mais cette fois-ci, je l’ai vraiment sentie venir. Qui ça ? Bah juste la pluie, mais je suis trop fière de moi comme vous pouvez le voir. La première pluie de septembre. Celle où on ne sait pas comment se fringuer parce qu’en même temps il fait pas si froid, mais en même temps, on prend quand même l’eau, un peu. Ouais… juste « un peu » ça veut juste dire que j’étais « trempée comme une soupe » comme dirait ma grand-mère, « jusqu’à ma petite culotte » comme je le qualifierai pour ma part et c’était véridique. On s’est pris une de ces draches avec Ponaine. Rien de mieux pour attaquer le week-end, non ? Idéale après une semaine de taf, la pluie du vendredi soir te garantie un bon petit week-end pyjama, surtout quand tu t’es lavé les cheveux le vendredi matin. Préoccupations de filles, vous comprendrez ou pas.


En général quand on a pris la pluie à cheval, on a juste envie de rentrer chez soi, de glisser dans un bain ou de…

La dentelle citadine s'invite sur les terrains de concours

Après vous avoir parlé d’un pantalon à presque 300 boules, aujourd’hui on respire un peu, on se détend, le banquier ne va pas se pointer chez vous avec une paire de ciseaux pour découper votre carte bleue et vous confisquer votre chéquier. Tout se passera bien. Dites-lui qu’il peut redescendre d’un étage, il sait pas ce que c’est lui, l’addiction au shopping… On devrait lui expliquer.
Bon alors, il est vrai que ce gros bâtard de soleil met un peu de temps à débarquer là… Le gars, il a cru qu’on était au mois de mars, nan? Genre je viens, mais je sais pas trop ce que je veux, donc finalement je viens pas, ou je vais peut-être tourner autour du pot pour gagner du temps... Un peu comme… Un mec ! (Oups… Pardon je m’égare !) Bon, on va pas trop éveiller les susceptibilités, parce que sinon il va jamais se pointer l’astre qui réchauffe nos coeurs (et je parle bien du soleil, pas de confusion). Ici, (à Lille - vdm) le ciel, c’est comme s’il allait neiger, sauf qu’il fait 17 degrés. Oui, 17 …

Luxe vs Budget : Le blouson mi-doudoune mi-maille

Dimanche soir presque d’été si on ne pensait pas à aller au bureau demain matin. Ah qu’est-ce que j’aime cette arrière saison comme un joli retour en juillet. Si seulement. Voilà pourquoi j’écris ce post. Le dimanche soir, c’est pas fait que pour déprimer. Quand on est une fille, pour vaincre les coups de blues, qu’est-ce qu’on fait ? Du shopping, mais oui ! Quelle belle invention qu’internet quand même. Plus besoin d’attendre que les magasins ouvrent leurs portes. Maintenant le shopping c’est où tu veux quand tu veux. Oui ton banquier n’est pas forcément ravi de cette révolution du siècle. Le mien non plus faut dire donc ne t’inquiète pas.
Alors certes, il fait encore beau et chaud. On peut encore passer ses soirées dehors. Comme je suis contente de louer un appart avec un balcon même si j’habite à l’autre bout de la France. L’autre bout par rapport à là où il fait chaud j’entends. Donc là je profite de cette jolie soirée pour vous écrire depuis ma terrasse et ça je peux vous dire c’e…