Accéder au contenu principal

Under your umbrella

Je suis trop sympa, et pour plein de raisons diverses. Mais aujourd'hui c'est surtout pour ma compassion. Chaque jour je réalise la chance que j'ai de vivre ici au soleil. Enfin c'est pas les Caraïbes non plus faut pas rêver, je mérite bien quelques vacances quand même. Mais ça c'est juste en rêve, oui parce que je suis à Monstage. Je sais j'en parle beaucoup mais là, ça commence à être long... 3 mois et 17 jours. 

Dans mon élan de bonté extrême quotidien (quand je vous écris en fait, les autres n'y ont pas le droit :p),  j'ai pensé aux 50% des gens qui sont sous la flotte ou dans la grisaille, et encore 50%, c'est pas beaucoup, en bonne "pseudo-marseillaise" il faudrait dire 90% à mon avis, mais Marseille, je n'y suis que pour Monstage, heureusement. 

J'ai reçu encore quelques news de chez GPA, et je crois qu'eux aussi pensent à tous ceux qui attendent l'été, le vrai été, pas celui qui est marqué sur le calendrier. Le calendrier ment on le sait tous. Donc allez, voici quelques trucs qui vous seront sûrement très utiles : 



Parapluie : 12 à 15€ 
Pantalon H/F Waterless : 219€

A défaut de faire venir le soleil, c'est tout ce que je peux vous proposer pour l'instant, mais c'est déjà bien allez ! Et puis en plus, aujourd'hui il fait beau partout, j'ai regardé la météo ! Alors PRO-FI-TEZ ! 

Nous reparlerons de ce pantalon très vite :) 

Commentaires

  1. la normande qui a été chercher le soleil dans le centre te remercie pour cette pensée collective :D

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

J'ai trouvé la petite parka parfaite pour l'équitation !

Je vais vous dire un truc : j’ai eu du nez. C’est pas tout le temps, mais cette fois-ci, je l’ai vraiment sentie venir. Qui ça ? Bah juste la pluie, mais je suis trop fière de moi comme vous pouvez le voir. La première pluie de septembre. Celle où on ne sait pas comment se fringuer parce qu’en même temps il fait pas si froid, mais en même temps, on prend quand même l’eau, un peu. Ouais… juste « un peu » ça veut juste dire que j’étais « trempée comme une soupe » comme dirait ma grand-mère, « jusqu’à ma petite culotte » comme je le qualifierai pour ma part et c’était véridique. On s’est pris une de ces draches avec Ponaine. Rien de mieux pour attaquer le week-end, non ? Idéale après une semaine de taf, la pluie du vendredi soir te garantie un bon petit week-end pyjama, surtout quand tu t’es lavé les cheveux le vendredi matin. Préoccupations de filles, vous comprendrez ou pas.


En général quand on a pris la pluie à cheval, on a juste envie de rentrer chez soi, de glisser dans un bain ou de…

La dentelle citadine s'invite sur les terrains de concours

Après vous avoir parlé d’un pantalon à presque 300 boules, aujourd’hui on respire un peu, on se détend, le banquier ne va pas se pointer chez vous avec une paire de ciseaux pour découper votre carte bleue et vous confisquer votre chéquier. Tout se passera bien. Dites-lui qu’il peut redescendre d’un étage, il sait pas ce que c’est lui, l’addiction au shopping… On devrait lui expliquer.
Bon alors, il est vrai que ce gros bâtard de soleil met un peu de temps à débarquer là… Le gars, il a cru qu’on était au mois de mars, nan? Genre je viens, mais je sais pas trop ce que je veux, donc finalement je viens pas, ou je vais peut-être tourner autour du pot pour gagner du temps... Un peu comme… Un mec ! (Oups… Pardon je m’égare !) Bon, on va pas trop éveiller les susceptibilités, parce que sinon il va jamais se pointer l’astre qui réchauffe nos coeurs (et je parle bien du soleil, pas de confusion). Ici, (à Lille - vdm) le ciel, c’est comme s’il allait neiger, sauf qu’il fait 17 degrés. Oui, 17 …

Ponaine a testé pour vous : les Happy Crackers

Si tu crois que je vais te parler d'un vulgaire paquet de friandises pour chevaux, alors tu te trompes. J'ai jamais trop acheté de friandises pour Ponaine. Enfin, ça c'était avant. Avant que je ne découvre la facilité d'avoir un paquet de 3 kilos de friandises pour tenir le mois. Bien plus simple que de faire des bornes pour acheter 10 kilos de carottes qui finissent toujours par pourrir au fond de ton casier en laissant une odeur nauséabonde en souvenir de leur courte existence.