Accéder au contenu principal

Campagne Animo Italia "ONE"

Même si je ne suis pas toujours très fan de ce que peut proposer la marque italienne, je sais reconnaître quand les choses sont réussies. Afin de proposer une campagne à l'image de son succès pour fêter ses dix ans d'expérience dans le textile cavalier, Animo Italia s'est offert la présence de quelques gros bonnets de l'équitation sur son très joli catalogue. Et je dois dire que c'est intelligent, qui mieux que des cavaliers pour présenter du textile cavalier ? L'occasion pour nous de découvrir ces cavaliers que nous connaissons bien dans des situations hors du commun puisque comme toujours Animo ne s'est pas privé de détourner l'image habituelle que nous avons du couple cheval/cavalier, et c'est tant mieux ! Les clichés sont, je trouve, absolument sublimes. Dommage, je n'ai pas réussi à avoir meilleure qualité, mais vous pourrez quand même apprécier l'originalité et la finesse du travail. Pour ma part je dis Bravo. 

Saurez-vous reconnaitre Adelinde Cornelissen, Bertram Allen, Cameron Hanley, Christian Ahlmann, Clarissa Crotta, Emily King, Kevin Staut, Marc Houtzager, Michael Jung, Michael Whitaker, Pius Schwizer ou encore Santi Sierra Camps ? 







Photos : © Animo srl

Commentaires

  1. Le catalogue doit être magnifique avec ces sublimes photos !

    RépondreSupprimer
  2. Il l'est : http://www.animoitalia.com/fr/horse-riding-ss-2014-catalog

    RépondreSupprimer
  3. Très sympa cette collection ! Surtout la veste avec les petits clous épaules et poches, ainsi que la chemise de concours effet chemise en jean (les pantalons je suis moins fan, un peut trop bling bling).
    Au moins ça change de ce qu'on a l'habitude de voir.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

J'ai trouvé la petite parka parfaite pour l'équitation !

Je vais vous dire un truc : j’ai eu du nez. C’est pas tout le temps, mais cette fois-ci, je l’ai vraiment sentie venir. Qui ça ? Bah juste la pluie, mais je suis trop fière de moi comme vous pouvez le voir. La première pluie de septembre. Celle où on ne sait pas comment se fringuer parce qu’en même temps il fait pas si froid, mais en même temps, on prend quand même l’eau, un peu. Ouais… juste « un peu » ça veut juste dire que j’étais « trempée comme une soupe » comme dirait ma grand-mère, « jusqu’à ma petite culotte » comme je le qualifierai pour ma part et c’était véridique. On s’est pris une de ces draches avec Ponaine. Rien de mieux pour attaquer le week-end, non ? Idéale après une semaine de taf, la pluie du vendredi soir te garantie un bon petit week-end pyjama, surtout quand tu t’es lavé les cheveux le vendredi matin. Préoccupations de filles, vous comprendrez ou pas.


En général quand on a pris la pluie à cheval, on a juste envie de rentrer chez soi, de glisser dans un bain ou de…

La dentelle citadine s'invite sur les terrains de concours

Après vous avoir parlé d’un pantalon à presque 300 boules, aujourd’hui on respire un peu, on se détend, le banquier ne va pas se pointer chez vous avec une paire de ciseaux pour découper votre carte bleue et vous confisquer votre chéquier. Tout se passera bien. Dites-lui qu’il peut redescendre d’un étage, il sait pas ce que c’est lui, l’addiction au shopping… On devrait lui expliquer.
Bon alors, il est vrai que ce gros bâtard de soleil met un peu de temps à débarquer là… Le gars, il a cru qu’on était au mois de mars, nan? Genre je viens, mais je sais pas trop ce que je veux, donc finalement je viens pas, ou je vais peut-être tourner autour du pot pour gagner du temps... Un peu comme… Un mec ! (Oups… Pardon je m’égare !) Bon, on va pas trop éveiller les susceptibilités, parce que sinon il va jamais se pointer l’astre qui réchauffe nos coeurs (et je parle bien du soleil, pas de confusion). Ici, (à Lille - vdm) le ciel, c’est comme s’il allait neiger, sauf qu’il fait 17 degrés. Oui, 17 …

Ponaine a testé pour vous : les Happy Crackers

Si tu crois que je vais te parler d'un vulgaire paquet de friandises pour chevaux, alors tu te trompes. J'ai jamais trop acheté de friandises pour Ponaine. Enfin, ça c'était avant. Avant que je ne découvre la facilité d'avoir un paquet de 3 kilos de friandises pour tenir le mois. Bien plus simple que de faire des bornes pour acheter 10 kilos de carottes qui finissent toujours par pourrir au fond de ton casier en laissant une odeur nauséabonde en souvenir de leur courte existence.