Rechercher dans ce blog

Chargement...

dimanche 25 septembre 2016

Débarrasser vos tapis et couvertures des poils en un claquement de doigts... ou presque !

Votre cheval a la même pilosité qu’un mammouth ? Vous en avez marre de flinguer votre machine à laver à coups de poils de poney ? Votre budget pressing-poney a explosé ? Vous n’avez pas envie de claquer 15 boules dans des Magic Brush ? Si vous avez répondu oui à l’une des questions précédentes, alors vous avez grand intérêt à lire ce qui va suivre. Sinon vous avez le droit de lire quand même c'est pas interdit. 

Ce soir je m'auto-épingle sur le Wall of Shame. Je vais vous avouer un truc un peu honteux, je suis plutôt maniaque au niveau de mes cuirs, en revanche les tapis, ils passent un peu à la trappe et finissent vraiment cradingues avant que je me décide à faire enfin quelque chose. D’une, parce que je pense que si vraiment je me penche sur le problème je vais pouvoir laver mes tapis tous les jours. Et de deux, j’ai pitié de ma machine à laver, qui aussi vieille soit elle, sert aussi accessoirement à laver mes vêtements et donc je préfère y laver des choses pas trop pleines de poils. Et parce qu’elle m’est toujours fidèle et ne me lâche jamais dans les pires moments, elle, pas comme ma voiture (message subliminal à destination de ma voiture qui ne sait pas lire mais j'avais besoin d'en parler), je ne veux pas lui infliger le supplice du lavage de tapis de selle. Mais parfois ça s’impose. Genre aujourd’hui.

Alors pour vous remettre dans le contexte, Ponaine, malgré son nombre incalculable de qualités, a quand même un défaut, c’est qu’elle mue TOUT LE TEMPS. Bon faut dire, Ponaine a vécu dans le Sud pendant 14ans et d’un coup elle s’est retrouvée en Normandie et pire dans le Nord ensuite, donc je peux comprendre qu’elle ne sache plus trop comment il faut s’habiller. Un peu comme nous à la mi-saison. Et comme sa mère, elle est prévoyante, elle met toujours plus de couches, par peur d’avoir froid. Donc je suis tolérante je prends sur moi, mais je dois dire que c'est quand même super chiant. Donc l’étrille est maintenant ma meilleure pote, youpi ma vie est trop cool. 

En revanche j'ai limite peur chaque fois que je regarde en dessous de mon tapis de selle, parce qu’il est clafi de poils, mais genre c'est incrusté dans le tissu. A tel point que quand je dois laver un tapis je me demande s’il est pas juste bon à jeter tellement ça me fait peur de m'atteler à cette tâche. Oui bon, ça c’est mon côté feignasse qui prend le dessus, parce que j’ai quand même vachement mieux à foutre que de décoller du poil de tapis, pas vous? Déjà je pourrai décoller mes poils de jambes avant de m’occuper du tapis de Ponaine, une idée comme ça…

Mais bref, ce dimanche, j’ai quand même rapporté un tapis propre aux écuries. Du coup j’en ai récupéré deux sales, à savoir que le tapis sale se reproduit beaucoup plus vite que le tapis propre ou le tapis neuf. Dommage. Comme ils étaient encore un peu trop neufs pour que le côté radical de  ma personnalité envisage de les envoyer à la poubelle, j’ai du les laver. Mais comme il y avait vraiment une ENORME couche de poils incrustés dans les mailles du tissus, j’ai du me résoudre à faire quelque chose. 

Wall of shame round 2 : J’ai beau bloguer depuis plus de 5ans je ne suis pas encore au point, j’ai pas pensé à prendre une photo du tapis le plus sale avant de faire quelque chose. Intelligent. Allez vous avez le droit de me juger. Mais juste ce soir.

Avant nettoyage !

Et comme moi aussi, j’ai autre chose à acheter pour 15€ que des Magic Brush aussi efficaces soient elles, j’ai donc fait appel à la technique ancestrale du gant MAPA. Les gants Mapa ce sont les gants de vaisselle en caoutchouc pour ceux qui ne situent pas. C’est ceux qui ont eu un lave-vaisselle toute leur vie ça, si vous voulez les cataloguer (aller on se lâche c’est dimanche soir, tout le monde juge tout le monde grosse ambiance !). Mais bon comme on est sympa ici on dira juste « oh la chance ». Oui parce que si j’avais pu, je m’en serai bien passée de faire la vaisselle.
Rendez-vous sur Hellocoton !

samedi 17 septembre 2016

J'ai trouvé la petite parka parfaite pour l'équitation !


Je vais vous dire un truc : j’ai eu du nez. C’est pas tout le temps, mais cette fois-ci, je l’ai vraiment sentie venir. Qui ça ? Bah juste la pluie, mais je suis trop fière de moi comme vous pouvez le voir. La première pluie de septembre. Celle où on ne sait pas comment se fringuer parce qu’en même temps il fait pas si froid, mais en même temps, on prend quand même l’eau, un peu. Ouais… juste « un peu » ça veut juste dire que j’étais « trempée comme une soupe » comme dirait ma grand-mère, « jusqu’à ma petite culotte » comme je le qualifierai pour ma part et c’était véridique. On s’est pris une de ces draches avec Ponaine. Rien de mieux pour attaquer le week-end, non ? Idéale après une semaine de taf, la pluie du vendredi soir te garantie un bon petit week-end pyjama, surtout quand tu t’es lavé les cheveux le vendredi matin. Préoccupations de filles, vous comprendrez ou pas.


En général quand on a pris la pluie à cheval, on a juste envie de rentrer chez soi, de glisser dans un bain ou de filer sous une douche brulante et transformer sa salle de bain en sauna. Et là ça fait presque comme les crevettes, tu rentres dans l’eau tu es bleu et tu ressors tu es rouge. Mais genre très rouge quoi. « Oui bonsoir j’aime m’ébouillanter, pas vous ? » Bref. C’était pas ça que je voulais dire en fait.
Rendez-vous sur Hellocoton !

dimanche 11 septembre 2016

Luxe vs Budget : Le blouson mi-doudoune mi-maille


Dimanche soir presque d’été si on ne pensait pas à aller au bureau demain matin. Ah qu’est-ce que j’aime cette arrière saison comme un joli retour en juillet. Si seulement. Voilà pourquoi j’écris ce post. Le dimanche soir, c’est pas fait que pour déprimer. Quand on est une fille, pour vaincre les coups de blues, qu’est-ce qu’on fait ? Du shopping, mais oui ! Quelle belle invention qu’internet quand même. Plus besoin d’attendre que les magasins ouvrent leurs portes. Maintenant le shopping c’est où tu veux quand tu veux. Oui ton banquier n’est pas forcément ravi de cette révolution du siècle. Le mien non plus faut dire donc ne t’inquiète pas.

Alors certes, il fait encore beau et chaud. On peut encore passer ses soirées dehors. Comme je suis contente de louer un appart avec un balcon même si j’habite à l’autre bout de la France. L’autre bout par rapport à là où il fait chaud j’entends. Donc là je profite de cette jolie soirée pour vous écrire depuis ma terrasse et ça je peux vous dire c’est quand même le kif suprême pour un petit rat des champs comme moi.

Je me suis encore égarée, j'ai un vrai souci. Donc je reviens où j'en étais, certes il fait encore beau et chaud, mais si toi comme moi tu habites dans une région pas forcément réputée pour son soleil mais plutôt pour le taux d’alcoolémie de ses habitants, méfies toi. Méfies toi car le froid il peut vite décider de venir te faire coucou et je voudrai pas que tu finisses comme un grain de raisin qui n’a pas été récolté avant l’arrivée de la pluie (c'est les vendanges il paraît). C’est à dire tout moche, fripé et sans avenir. Oui c’est un peu radical le froid chez moi. Trop d'expériences climatiques douteuses je vous dis. 

Cela dit quand tu habites dans ce genre de région, tu développes un don de prévoyance comme jamais. C’est à dire que ta voiture se transforme en dressing et que tu as des vestes pour à peu près toutes les météos (petite cace-dédi à l’abruti qui a fracturé ma voiture et volé toutes mes vestes, maintenant je suis toute nue). Vent, pluie, froid ou les 3 combinés, le trio gagnant, celui où tu vas chercher loin très très loin au fond de toi le peu de motivation qu’il te reste pour envisager de monter à cheval.

Bon on en est pas encore là, on est le 11 septembre (arf minute glauque…) et donc l’hiver ce n’est pas demain. Mais pour les premières petites fraîcheurs automnales, j’ai eu un petit coup de cœur pour les doudounes fines, mi doudoune-mi maille. Il y a un truc génial à habiter à Lille, c’est que les vestes mi-saison, ça devient un incontournable, alors qu’en Provence ça te sert à rien. Genre c’est l’été puis d’un coup tu comprends pas il se met à geler et tu sors la grosse veste. Ouais ouais… Arrêtez de croire que dans le Sud il fait chaud l’hiver. Jamais de ma vie j’ai eu du -17°c ailleurs que là bas.



Rendez-vous sur Hellocoton !