Pourquoi ça va changer ici


[Petit post sponsorisé par Kleenex. Mais que j’ai tenté d’écrire en souriant quand même. J’ai mis 3 ou 4 jours à l’écrire, j’ai pleuré chaque fois que je l’ai relu. J’ai tenté de faire court, mais de base je ne sais pas le faire, et vu le sujet, il y a tant à dire. C’est sûrement très désordonné et brouillon, un peu à l’image de l’intérieur de ma tête actuellement.]

Je sais que ça fait très longtemps que je n’ai pas écrit ici mais je vais vous expliquer un peu pourquoi. Déjà parce que je suis une grosse feignasse, mais aussi, parce que c’est vrai que ça fait quelques temps que Ponaine ne va pas très bien, enfin qu’elle vieillit quoi tout simplement. J’aurai vraiment aimé que ça se passe autrement et la monter jusqu’à ses 25 ans, un peu comme tout propriétaire je dirai, mais je commence à croire que ce ne sera pas le cas. Mon combat contre l’arthrose devient difficile et l’une comme l’autre nous baissons un peu « les bras ».

Il est vrai que mon rapport à l’équitation change carrément depuis que je n’ai plus une pratique intensive et que je ne fais plus de compétition. Mais c’est comme ça, j’ai choisi de garder Ponaine et de l’accompagner jusqu’à la fin de sa vie car elle le mérite vraiment. Et en ce moment elle est un peu en train de me faire comprendre qu’elle n’a plus envie, et qu’elle veut vivre tranquillement sa vie de petite vieille grincheuse. En soit je suis très contente qu’elle l’exprime, car la connaissant  (juste un petit peu, 16ans de vie commune quoi) j’avais peur qu’elle me donne trop, qu’elle ne sache pas s’arrêter car on peut dire ce qu’on veut, mais Ponaine c’est une vaillante, et elle aime travailler. 

Mais en même temps tout ça me rend si triste. Quand je vois sa petite tête de poulain tellement mignonne, on croirait pas qu’à l’intérieur ça vieillit si difficilement. Alors j’ai tout essayé, je me suis accrochée, j’ai fait tout ce que je pouvais pour qu’on en profite le plus longtemps possible mais vraiment, elle qui a toujours été si volontaire, toujours contente que je grimpe sur son dos, aujourd’hui je ne veux pas la forcer. Je ne veux pas la bourrer d'anti inflammatoire pour croire qu'elle va bien. Et bon, on verra bien, si ça se trouve ça passera (spécialité de Ponaine numéro 10 : me faire mentir), mais au final, même si elle se remet, pour aller faire des ronds dans une carrière, autant faire de la balade et juste profiter de jolis paysages sans se mettre de pression. Ça ne nous empêchera pas de nous prendre le chou, il y a des choses qui ne changeront jamais. La balade au pas n’étant pas le plus grand kif de Ponaine, même en ayant mal aux pattes. 

16 ans sur son dos vous me direz, c’est tant d’années. Oui c’est vrai, mais de bons moments comme ceux là on en a jamais assez, croyez-moi. Arrêter de monter Ponaine, ce sera un peu la fin d’une ère. Même si ce n’est pas la fin de nous deux en soi. Je suis super émue d’écrire ce post car vraiment, même si elle est toujours en vie, en pas en si mauvaise santé, c’est toujours très dur de dire qu’on va arrêter de monter le cheval de sa vie. 

Crédit : G. De la Rue du Can

Aujourd’hui je ne veux pas être égoïste, je pense qu’elle mérite amplement sa retraite même si j’aurai toujours l’impression de n’avoir jamais assez profité. Parce que tout simplement, aller monter tous les soirs fait partie de mon quotidien, monter Ponaine c’est ce qui me donne le sourire, me fait du bien quand vraiment ça ne va pas. Monter à cheval me permet vraiment de me vider la tête, et monter Ponaine, c’est encore mieux. Grâce à ce petit poney j’ai aussi eu l’impression d’être quelqu’un, de montrer ce que je valais, de quoi j’étais capable et je pensais même pas qu’on irait aussi loin elle et moi. Elle m’a rendue fière d’elle mais aussi de moi et quand je vois le peu d’estime que j’ai pour ma personne c’était une grande victoire. Perdre un peu de Ponaine dans ma vie me donne l’impression de perdre une partie de moi. C’est un peu mon pilier  de vie cela va sans dire. Oui nous sommes un vieux couple, j’assume totalement.

Je repense à toutes nos années ensemble, nos victoires, nos défaites, nos joie et mes peines. Elle m’en a fait voir de toutes les couleurs mais elle a toujours été la ma Ponaine. Depuis 16 ans elle est là, elle me suit partout, elle s’adapte à ma vie sans broncher (enfin vite fait, je dis ça sur le coup de l'émotion, on sait tous que c'est une bourrique), elle fait son bon taf de petit poney. Elle a montré à tous, dont moi, de quoi elle était capable parce qu’elle a un grand coeur et tellement de volonté. Ponaine ce n’est pas juste un poney, c’est mon point de repère, c’est la seule qui est toujours là physiquement dans ma vie depuis 16 ans, avec qui j’ai grandit. Quand elle est entrée dans ma vie j’avais 13ans, aujourd’hui j’en ai 29 (aïe, réalité bonjour). Je pense que ce sont des années où l’on vit énormément de changements, d’expériences et d’évolutions, et elle était toujours là. C’est elle qui m’a accompagnée dans mes grandes décisions de vie, qui a traversé au moins 4 fois la France pour me suivre au gré de mes déménagements, qui m’a permise de rencontrer plein de gens géniaux (et aussi moins géniaux, allez c’est gratuit coucou les tocard(e)s).

Elle m’a tellement appris et m’apprend tellement encore. Je ne sais pas comment aurait été ma vie si nos chemins ne s’étaient pas croisés. Ce qui est sûr c’est que ce petit bout de cheval a su rendre ma vie tellement extra ordinaire qu’elle mérite vraiment la plus belle des retraites. 

J’ai toujours reculé, je ne voulais pas que ce moment arrive, parce que pour moi ça signifie beaucoup de changements, beaucoup de sacrifices aussi. Mais c’est sûrement autant de bonheur que ça va lui apporter. Et vraiment ça me fait mal de voir la fin de cette histoire s’écrire petit à petit. On n’est jamais prêt pour ce genre de choses, même si on sait que ça va arriver. Et rien que de l’écrire publiquement m’engage un petit peu plus dans cette voie là. 19 ans c’est un bel âge pour partir en retraite. 

Alors, ma petite Ponaine, dommage que tu ne saches pas lire mais ce post il est pour toi. Sache qu’il y'a beaucoup de personnes qui sont consternées de l’amour que je te porte. Il y en a beaucoup qui ne comprennent pas aussi, les non équitants particulièrement. Et je serai là, jusqu’à la fin, je suis déjà très chanceuse de t’avoir eue jusqu’ici. Merci d’avoir fait de ma vie ce qu’elle est. Et je pense que chacun de vous, vous pouvez aussi remercier Ponaine car c’est un peu grâce à elle aussi que ce blog existe.


Mettre son cheval en retraite, c’est un peu comme voir partir ses enfants qui deviennent grands. Enfin, je suppose, je n’ai pas d’entants. OUF. C’est un premier au revoir, pour l’instant elle reste à mes côtés le temps que tout ça se stabilise et quand je serais prête elle ira pâturer dans un endroit bien cool que je vais lui trouver. La meilleure chose qui me soit arrivée dans la vie mérite vraiment de vivre la meilleure des retraites. 

C’est une grosse phase de changement qui se présente dans ma vie car je n’aurai pas d’autre cheval. Ce qui me fait peur, c’est que ça va rendre plus compliquée la gestion de ce blog, c’était déjà un peu le cas ces derniers temps et je n’assumais pas trop de devoir changer de direction et de ligne éditoriale. Puis je crois que c'est tout un tas de décisions que j'avais peur de prendre. Donc voilà, maintenant vous savez. Ponaine ne sera plus le poney de sport que vous avez connu, elle sera grosse, démusclée, poilue et boiteuse, et ça ne m’empêchera pas de l’aimer toujours plus. 

J’ai carrément culpabilisé au départ je l’avoue, mais au final, c’est ainsi que les choses s’écrivent, alors ça doit forcément être pour une bonne raison. C’est aussi intéressant car ma vision de l’équitation se bouscule et soulève des réflexions plutôt pas débiles je pense (en toute humilité), donc j’aurai de quoi blablater. Advienne que pourra de ce blog, croisons les doigts pour que je trouve des bourriques à monter à moindres frais pour continuer de tester des choses pour vous. 

Merci si tu as lu jusqu'ici :)
A très vite


Sophie

Commentaires

  1. Du courage à vous,votre vie n'en sera pas moins belle, elle sera simplement differente !

    RépondreSupprimer
  2. Une petite larme a coulé ici aussi. Bon courage à toi, je suis sûre que vous vous reconvertirez et trouverez du bonheur différemment à présent. Il reste encore de nombreuses années devant vous pour vous crêper les crins comme il se doit !
    Bon courage et caresse à ta mini morue ��

    RépondreSupprimer
  3. Dur dur tout ça mais j'suis sûre que de supers moments vous attendent encore!

    RépondreSupprimer
  4. Votre vie changera c'est certains, mais je peux vous dire qu'on y trouve de belles choses J'ai une juments de 33 ans en retraite depuis 7 ans maintenant ,mais je prend encore plus de plaisir à la soigner et à la chouchouté. C'est une mamie qui demande maintenant beaucoup d'attentions (alors qu'avant elle détestait les câlins) je vous souhaite pleins de belles aventures pour les années à venir avec ponaine

    RépondreSupprimer
  5. Alexandra Djavadian10 mai 2018 à 09:45

    J'ai vécu la même chose il y a 4 ans.ma jument de 19 ans au grand coeur .16 ans ensemble. Debourree totalement seule à l arrache. Devenue une belle jument de dressage. Et tout le monde qui me disait " mais pourquoi tu l'arrêter?" Elle avait une pêche d'enfer. La queue sur le dos à la moindre occasion. Les allures ne changeaient pas. Elle continuait ses appuyers.
    De l'extérieur la même...l arthrose imperceptible. Je sentais son dos sous la selle de raidir à chaque départ au galop. Elle poussait des soupirs ...mais elle continuait à faire tout ce que je lui demandais .J ai tenté de ne faire plus que des balades au pas...puis même en main...elle trebuchait. Alors j'ai pleuré toutes les larmes de mon corps. On a fait une dernière balade et je lai mise dans un grand pré avec des copains. Je passais au moins 2 fois par jour.elle était heureuse et je croyais ne plus pouvoir aimer.je l accompagne.elle a une forme éblouissante pour ses 23 ans. Superbe. Je l'aime toujours autant car on a partagé tellement de choses ....mais Jai maintenant trouve une autre jument.. .au début je pleurais quand je men occupais. Je comparais tout. Je faisais le pansage à la va vite et puis elle était trop mignonne. Elle n avait pas mérité ça et elle a gagné mon coeur aussi....

    RépondreSupprimer
  6. Oh... dur moment que celui de la retraite de nos chers compagnons.
    J'ai dû m'y résoudre il y a maintenant un an et demi pour ma ponette de 18 ans. Elle avait toujours la forme, prenait du plaisir à travailler mais j'ai déménagé en Italie. Elle m'avait déjà suivie en Espagne mais là, lui imposer à nouveau un transport de 1500km alors qu'elle ne voyage pas très bien, une nouvelle langue, à son âge, je me suis dit que ce n'était pas raisonnable, qu'elle ne méritait pas ça. ça a été un véritable crève-cœur pour moi, j'ai toujours une boule au ventre quand je vais la voir, elle me manque.
    Mais quand je la vois heureuse, sereine, avec ses copines, sans se demander où est-ce que je vais encore la trimballer, je me dis que j'ai pris la bonne décision.
    Je me console aussi parce que je n'ai pas pu offrir de retraite à ma 1ère jument (morte à 16 ans d'un accident). C'est une véritable fierté d'offrir jusqu'au bout une retraite dorée à cette pépette qui m'a tant donné pendant 13 ans.

    Je te souhaite beaucoup de courage pour la transition et de trouver un nouvel équilibre dans les moments que tu continueras à partager avec ta jolie Ponaine !

    RépondreSupprimer
  7. Quel beau témoignage en tout cas ! Tu lui fais honneur avec ce texte touchant. :) Pour ma part, je trouverai très intéressant que tu continues de t'exprimer sur l'après, l'après-travail, l'après-vie active d'un poney. Les années de retraite, les changements que cela induit... On trouve au final assez peu de récits du quotidien là-dessus et on refuse d'imaginer ce que ce sera de voir ses habitudes bouleversées par quelque chose de pourtant bien naturel.
    Bon courage à toi, et je souhaite la meilleure des retraites à la jolie Ponaine, avec des copains-copines et de l'herbe à foison ! ♥

    RépondreSupprimer
  8. En plein dedans actuellement également. Mon fidèle destrier de 19 ans a eu sa 1ere crise de boiterie due à l'arthrose le we dernier. Je me pose les mêmes questions que tu as du te poser :traitements ? Ferrure ? Serait-il toujours possible de sauter de temps en temps, de faire des balades plein cul dans la forêt ? Je commence l'harpago et ferrure adaptée, 1 mois de pré et on verra bien. Même si dès les 15 ans passés on sait que ça arrive on se dit qu'on se prépare car ça peut arriver, on n'est pas prêts à couper le cordon. Se pose la question de lui trouver une retraite à proximité car inamiginable de ne pas aller le voir régulièrement. Voilà comme toi partagé entre lui fiche la paix ou continuer à lui grimper sur le dos à petites doses, donc question égoïste mine de rien. Bon courage à toi

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

On a testé pour vous : Sérénitude by Horse Master

J'ai trouvé la petite parka parfaite pour l'équitation !

Ponaine a testé pour vous : les Happy Crackers